Pétanque en Italie

L’italie ne fait pas partie du Top 10 mondiale en nombre de pratiquants licenciés à la fédération de pétanque, mais elle fait partie des nations a avoir gagner des titres mondiaux.

L’Italie est aussi une place forte du Sport Boule, réunissant les meilleurs jeux de boules. Les italiens sont au dessus du lot en Raffa Volo et parmi les meilleurs en Boule Lyonaise.

Histoire de la pétanque en Italie

Voici comment, la petite histoire de la pétanque italienne vous est comptée sur le site de la fédération italienne Feder Bocce :

La minute d’Histoire

La plus ancienne preuve d’un jeu de pétanque date de 7000 av. J.-C. et se trouve dans la ville néolithique de Catal Huyuk, en Turquie, où l’on a trouvé quelques boules de pierre qui montrent clairement des signes de roulis sur un sol inégal. Des objets similaires, mais plus finement travaillés, ont été trouvés dans l’Antiquité en Egypte, à Rome et en Grèce. Les légions romaines ont fait connaître le jeu en Gaule et en Grande-Bretagne, où il s’est considérablement développé par la suite. Au Moyen Age, ils jouaient dans les rues, sur les places, dans les châteaux. Les bols fascinaient tout le monde, les nobles et les gens. La grande diffusion du jeu créait des problèmes d’ordre public et dérangeait les puissants. Les causes en étaient le travail négligé, les paris et, parfois, les querelles furieuses qui éclataient lors des matchs chauds. C’est ainsi que les premières interdictions sont apparues qui ont sévèrement limité le jeu pendant de longs siècles. Les Français Charles IV le Bel (édit de 1319), Edouard III d’Angleterre (1339), Charles V le Sage (1369 en France) et les rois anglais Richard II (1388), Henri IV (1401) et Henri VIII (1511) ont dit non aux boules. Toutefois, certaines voix se sont élevées en faveur de cette proposition. A la fin du XVe siècle, les médecins de l’Université de Montpellier, en France, étaient convaincus que ce jeu était une panacée exceptionnelle contre les rhumatismes. Il fut également bien accueilli par l’humaniste hollandais Erasme de Rotterdam (1466-1536) qui l’appela « ludus globorum missilium » et par deux théologiens, l’allemand Martin Luther (1483-1546) et le français Calvin (1509-1564). Ce dernier était un joueur féroce.

L’écrivain Rabelais, en 1532, nous a raconté comment Gargantua jouait à ce jeu à digérer tandis que Bruegel l’Ancien immortalisait des bols dans son célèbre tableau Jeux des enfants (1559) exposé à la National Picture Gallery à Vienne. Sir Francis Drake était un grand fan. En 1588, averti de l’arrivée de la flotte espagnole, le célèbre « Invincible Armada », il continua tranquillement à jouer aux boules sur les quais du port de Plymouth et décida, avant de partir défendre l’Angleterre, de terminer une partie très aléatoire avec son maître d’équipage.

Mais les boules continuaient à inquiéter les autorités. En 1576, les Doges de Venise publièrent un édit très sévère contre « …le grand danger des balles… ». C’était pratiquement l’un des derniers anathèmes contre un jeu qui s’était déjà répandu dans presque toute l’Europe de l’Ouest. En fait, vers la fin du XVIIe siècle, Charles II d’Angleterre l’a légalisée et a même fait préparer une sorte de règlement. En 1753, un petit volume est publié à Bologne, le « Gioco delle bocchie » de Raffaele Bisteghi, qui explique les règles du jeu alors pratiquées dans toute l’Italie avec de nombreuses variantes.

En 1873, la première entreprise italienne a été fondée à Turin sous le curieux nom de Cricca Bocciofila. C’était la première brique de la future organisation nationale. Un quart de siècle plus tard, le 14 novembre 1897, un petit groupe de clubs de bowling piémontais se réunit à Rivoli, près de Turin, et décida de fonder un organisme pour coordonner leurs activités dans la région. L’année suivante, toujours à Turin, à l’occasion de l’Exposition Internationale, l’Unione Bocciofila Piemontese est née, la première fédération dirigée par Paolo Streglio. En 1904, les premières règles techniques officielles du jeu furent élaborées. L’activité s’est ensuite déroulée uniquement en plein air, sur des champs non délimités, avec des bols en bois. Les émigrants italiens, à cette époque, ont répandu le jeu dans de nombreux pays des Amériques.

En 1919 naît l’Unione Bocciofila Italiana (U.B.I.), héritière de celle du Piémont, reconnue en 1926 par le Comité olympique italien. Une étape importante pour les boules qui ont été assimilées à d’autres sports. Mais l’euphorie n’a pas duré longtemps. Trois ans plus tard, un décret ministériel transfère les boules du Coni à l’Opera Nazionale Dopolavoro (O.N.D.), considérant le jeu comme une activité récréative. Dans le nouveau contexte, même s’il n’est pas considéré comme un sport, le jeu de boules a trouvé une réelle et substantielle unification dans toute la Péninsule et une organisation périphérique est née. Un règlement technique unique du jeu a été adopté dans toute l’Italie, le National (mixte raffa et volo), favorisé par la naissance de la balle « synthétique », une balle mélangée à la sciure et à la colle.

L’Histoire moderne d’après guerre

En 1945, après la chute du fascisme, la vague fut dissoute et ses fonctions transférées à l’Agence nationale d’assistance aux travailleurs (E.N.A.L.). Après la guerre, la pétanque a connu une vie très troublée avec la naissance de multiples fédérations qui pratiquaient différents systèmes de jeu. En 1956, Luigi Sambuelli de Turin a été élu président de l’Union Italienne de Bowling, qui a joué exclusivement le jeu du vol de spécialité. En 1957, l’Italie brise le monopole français et remporte le 9ème Championnat du Monde avec Umberto Granaglia, Giuseppe Mollo, Nicolò Gaggero et Giuseppe Carrera. Ce fut l’un des premiers flashs de Granaglia, le futur « Campionissimo » qui, avec son extraordinaire carrière, est toujours considéré comme le plus grand joueur dans cette spécialité. En 1964, le Romain Sandro De Sanctis est élu à la présidence de la Fédération Italienne de Pétanque (E.N.A.L. – F.I.G.B.), qui renaît dans l’immédiat après-guerre sur les bases de l’ancienne Ond-Figb. Cette organisation, la plus importante pour les membres et répandue dans toute l’Italie, pratiquait trois systèmes de jeu, principalement le raffa mais aussi le vol et le point et le vol national.

Champions du Monde !

En 1975, le premier maillot arc-en-ciel senior de la spécialité pétanque est arrivé. Sur le plus haut podium du Québec, le Canada a gravi le trio composé de Giovanni Serando, Salvatore Pau et Mario Carioli. Les champions bleus de la pétanque ont également remporté le championnat du monde en 1978 à Mons (Belgique) et en 1979 à Southampton (Angleterre). Même le raffa a connu son heure de gloire en remportant en 1983 le premier championnat du monde à Chiasso, en Suisse, avec Dante D’Alessandro, Bruno Suardi, Angelo Papandrea et Afro Molinari. D’Alessandro, toujours le plus grand interprète de la coupe synthétique, a également porté le maillot du monde lors du premier championnat du monde individuel à Lugano en 1988.

En 1979, un accord a été conclu et une fédération unitaire a été créée, voulue et officiellement reconnue par le Coni, l’actuelle Fédération Italienne de Boules (F.I.B.), qui promeut et coordonne trois spécialités du jeu, le raffa, le volo et la pétanque. Luigi Sambuelli a été élu président et en 1985, il a passé le relais à De Sanctis. En 1993, il devient président Romolo Rizzoli.

federation FIB : boules et pétanque en ItalieLa consécration officielle de la FIB au niveau international à côté des autres sports est venue pour les boules en 1997 avec la participation officielle aux Jeux Mondiaux à Lathi, Finlande, et aux Jeux Méditerranéens à Bari, ouvertures prestigieuses qui ont donné aux Azzurri deux médailles d’or. Cette année-là, des cérémonies ont également été organisées à Rome et à Turin pour célébrer les 100 premières années de vie de la Fédération.

Le 19 mars 2010 a été inauguré le Centre Technique Fédéral de Rome, la citadelle du sport de la pétanque dans la zone Euro qui, par son ampleur et sa fonctionnalité, est une structure unique au monde. L’Italie a toujours joué un rôle de premier plan au niveau mondial. En 2016, les t-shirts bleus avaient remporté 295 médailles d’or aux Jeux mondiaux, aux Jeux méditerranéens et aux Championnats d’Europe et du monde. Un objectif jamais atteint par aucune autre fédération de boccia dans le monde.

En mars 2017, la première assemblée nationale de l’histoire de Fib a eu lieu à Vérone, avec le vote direct des entreprises. Marco Giunio De Sanctis a été élu président à une large majorité.

Principaux Champions de Pétanque en Italie

  • Diego Rizzi : il est champion d’Europe tête à tête 2018, il auparavant glané quelques titres mondiaux en jeune et atteint le record du monde de tir de précision.
  • Franco Ferro
  • Antonio Napolitano
  • Giovanni Serando
  • Mario Caroli
  • Salvatore Pau

Au mondial de Millau, trois italiens (Alessandro Basso, Gianluca Rattenni et Diego Rizzi) s’imposent lors de l’édition 2015 du fameux mondial. Plusieurs clubs ont aussi réussi à atteindre le plus haut niveau au championnat des d’Europe des clubs.

Les marques de boules de pétanque françaises

  • Boulenciel, depuis 2013 pour la pétanque, en provin du Piémont.

C’est la plus jeune des marques italiennes, mais c’est un fabricant extrêmement percutant avec des boules de pétanque d’une qualité rare, le meilleur équilibrage du marché. Des boules tendres ou demi-tendres, aussi bien en inox qu’en acier carbone noir. Retrouvez plus d’informations sur la page la plus complète sur Boulenciel en France. Boulenciel vend des boules de pétanque avec des stries originales, même des boules en couleur, comme elle le fait aussi en boule lyonnaise.

  • Linea Futura, depuis 2007 en province de Turin.

Marque de boules essentiellement implantée en lyonnaise, mais avec un modèle dédié à la pétanque, en bronze.

  • Unibloc, depuis 2005 pour la pétanque, en province de Turin.

Marque également mieux diffusée sur le sport boule lyonnaise, mais qui propose des modèles de boules de pétanque en bronze de qualité aussi.